Sous la Plume

Expériences d'écriture d'émotions et de pensées
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chant de l'Eau et de l'Amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tog'Atlan
plume de Colibri


Masculin Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 21/06/2008

MessageSujet: Chant de l'Eau et de l'Amour   Sam 2 Déc - 18:06

à   C.Vera B.



Chant de l'Eau et de l'Amour  (extrait*)

Chant de l'Eau et de l'Amour
De l'Amour et de la Mort
De l'Amour toujours
Rouge et Or



Au début l'eau vint de la mer
L'Air était au dessus des eaux
Or survint bientôt pour Arcarolo
La traversée de la Terre vers la Mer
Là l'eau entraîne Loracarolac
Vers les Atlantes et leur orichalque
Qui l'aspire vers le grand large
L'Air toujours au-dessus la voit ; Clorage
Est sans craintes


Eclorag est sans craintes
Elle est sans craintes
Sans craintes
Vint alors pour Atlan'Gotd le temps
D'une révélation qui s'entend :
La révélation est à l'homme la pierre
A la terre, et la terre à la pierre
Autre est la vérité sur l'oursin dans la mer
Dans cette densité humide aussi on vit


Oui, Tog'Atlan ! Danse l'essai d'imagination que nul ne finit
Ne vois-tu pas que là commence ta vie ?
Quoi, tog'Atlan !
Tu réfléchis maintenant encore ?
Le disque croît
Ton heure est venue Héliaste !


Ton heure est venue Héliaste !
Juge de l'énorme bousculade des ondes et pense !
Elle ne s'est jamais arrêtée
Mais elle va bientôt recommencer
Les solides Hoplites te soutiennent
Et aussi les pâles crustacés


Ton jugement est d'autant plus grave
Que l'océan dispose un litre noir
Sur son rivage
Héliaste, comment peux-tu être au dehors
D'une chose et de celle-là ?
Dois-je rester au delà du blanc listel
D'écume ou pénétrer
Dans la force marine ?
Dois-je ?


Oui ! Courons !
Courons nous plonger dans la liqueur salée
Et nous trouverons la méléagrine
Et la Gemme cachée
Et je me retourne
Et Haclaïr est là !


Je ne pouvais regarder à l'intérieur
Et rester au delà du listel blanc
Il n'y a pas de véritable Héliaste
La bousculade est close pour celui qui l'a comprise
C'est au contraire cette ligne infinie
Cette partie d'harmonie à qui l'on dit :
Que fais-tu donc ici ?


Et Haclaïr répond :
Change l'avis mais la vie ne change. Je fais ici
Ce que la pluie change à la nuit
Je suis très froide
Mais animée en moi-même
Des Sylphes d'une chaude humidité
Je la transfigure
En une chaude lumière
Tes doigts ont déjà rasé
L'arbuste des torsions
Il ne s'agit plus maintenant
Que de seulement croire
A l'histoire d'un soir


Puis vinrent les huit grandes eaux
Le sol cristallin en fût secoué
Et de ses vibrations monta
Comme une fureur insaisissable
Transmuée par l'air
En une longue plainte marginale
Et de cet air fortement chargé
S'exhalait à nouveau
Le souffle sauvage
Qui vint sourdre
Jusqu'aux cils
D'où jusaient
Les huit petites eaux


Pourquoi cette tristesse ?
Pourquoi ces pleurs ?
Un soleil ne peut tomber en morceaux !
Cependant lorsque brume nous recouvre
Et nous éloigne
Devant le triste spectacle
De nos mauvais nous-mêmes
Nous nous débattons
Dans le marécage


Dans le marécage nous sommes
Tour à tour
L'archer et la cible
L'archer sans cible
L'archer sensible
En entendant siffler la flèche
Je sais que je t'aime
En me blessant
Je sais que j'aimais
Une fois blessé
Je t'aime bien plus encore


Mais où il en était le rouet resta
Aussitôt ce fût
Une étendue lumineuse
Où apparaissaient figés
Les profils
Qui venaient d'être
Cachés


C'était plus
Qu'un champ d'algues éclairé
Et ce n'était pas assez
Aussi la gemme dissimulée
Se fit grandissante
Jusqu'à ce qu'elle atteignit
Une taille suffisante

Ce ne fut plus
Qu'une EAU


Ô  Clar'Arlach
Tu n'es pour moi
Ni Fillide
Ni Lycénion
Mais Chloé
Yseult
Nitocris
Coctel
Juliette
Ophélie
Lisa
Et bien plus encore


Te faut-il
Encore une preuve
Toujours toute neuve
De l'oeuvre !
Non, pas de barrières
Pas de barrières
Derrière lesquelles ne trouverions
Tels éternels robinsons
Que nos traces solitaires


Les poètes l'ont chanté :
"De même que les vapeurs"
Du marécage rampent
Le long de ses flancs
"Et une fois arrivées au sommet
S'élancent dans l'atmosphère
En formant des nuages"
De même les craintes
Nées des barrières
S'accroissent insensiblement
Sans motif raisonnable
Et forment au-dessus
De nos coeurs attristés
"Le corps trompeur
D'un mirage désolé"


Ô  Loracarolac, Zabeline
Que cessent ces vapeurs venues trop
Du marécage et du bouillon à taxes
De nos plates idées grégaires
Mais que s'élèvent plutôt
Comme du socle d'Alpax
Les nuées impalpables et légères
Qui s'élèvent, s'élèvent
Verarev
S'élevant, s'élevant
Comme la grave mais joyeuse ascension
De toutes petites filles en blanc
A l'intérieur de toi-même
Tes plus pures et profondes aspirations !


Ô Clar'Arlach
Tes yeux sont couleur de rêves
Et mes rêves sont couleur de tes yeux
A chacune de tes venues
Ton monde nouveau naît en moi
Et toi qui toujours renaît
Qui a escaladé avec moi encordée
Je ne te crierai jamais
Lâche notre corde, lâche !
Ô Clar'Arlach


Pardonne-moi si dans dans ma soif
Et dans ma joie
Je te pose mille questions
Si j'ai du mal
Comme une certaine petite fille
Aux yeux couleurs de rêve
Se posant mille questions
Regardant l'infini
Son âme pleurant


Mais maintenant
Le noir n'est point
Car des petites eaux
De tes yeux le noir n'a plus besoin
Car est venue la grande Eau
Et avec elle le Feu
L'Air et la Terre embrasant
Fini le noir desséchant


Fini les morts détours
Car au dessus de la lampe d'airain
Palpite la rouge flamme qui bouge
Dans la nuit toute vibrante de vie
De lumière et d'amour
Dont l'unique, pur et digne reflet sans bords
Est la rose rouge
Sur l'orichalque d'or


Ô  Arcarolo
Ô  Loracarolac
Ô  Clorage
Ô Verarev
Ô Arevera
Ô Clar'Arlach
Ô  Haclaïr
A toutes ces facettes de toi Tog'Atlan te le rescrit
Elle ne peut jamais être finie
Cette poignante et divine alchimie
Ô miracle permanent comme l'est ce chant
Qui doit s'arrêter
Et rester inachevé
Puisqu'il ne fait que commencer



*note : il s'agit d'un extrait, certaines strophes trop personnelles au dédicataire ne figurent pas dans cette version
Revenir en haut Aller en bas
bruno
plume de Pelicanus MODERATEUR
avatar

Masculin Nombre de messages : 1035
Localisation : Paris
Date d'inscription : 02/10/2007

MessageSujet: Re: Chant de l'Eau et de l'Amour   Sam 2 Déc - 19:29

Le titre est déjà captivant avec ces clins d'oeil au Chant de l'eau d'Emile Verhaeren et au
Chant de l'amour et de la mort de Rainer Maria Rilke, mais le contenu est surprenant d'originalité, tour à tour empli de majesté désincarnée et aussi de détails plus terre à terre particulièrement bien ressentis ; j'ai rarement lu un poème d'amour aux accents si sincères .

_________________
La paix est toujours en nous, c'est nous qui ne sommes pas toujours en elle.
Revenir en haut Aller en bas
igribouille
plume d'Albatros
avatar

Masculin Nombre de messages : 1044
Localisation : Paris
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: Chant de l'Eau et de l'Amour   Sam 2 Déc - 21:20

Citation :
j'ai rarement lu un poème d'amour aux accents si sincères

hum ... la belle a dû succomber Very Happy

oui très beau poème
Revenir en haut Aller en bas
joliebulle
plume de Colibri
avatar

Féminin Nombre de messages : 39
Date d'inscription : 25/12/2013

MessageSujet: Re: Chant de l'Eau et de l'Amour   Dim 3 Déc - 4:21

pour rester dans la métaphore du texte, la légende dit que les atlantes ont disparu engloutis dans les eaux (les huit grandes eaux ???), espérons qu'il en a pas été de même de ce grand amour Neutral
Revenir en haut Aller en bas
teliss
plume d'Alcyon
avatar

Masculin Nombre de messages : 1773
Localisation : Paris
Date d'inscription : 01/10/2007

MessageSujet: Re: Chant de l'Eau et de l'Amour   Dim 3 Déc - 13:48

Pour moi, c'est plus qu'une métaphore, c'est une allégorie qui s'étend à tout le poème ! La catastrophe légendaire de l'Atlantide (racontée dans le Critias et Le Timée de Platon) est mis en parallèle avec le séisme que provoquerait une séparation, pour mieux prouver son amour, un peu comme les phrases populaires qu'on retrouve fréquemment dans les déclarations d'amour du genre "si tu devais me quitter j'en mourrai".

_________________
Il n'y a que deux artistes, celui qui a créé son art et celui qui l'a appris.
Les deux sont dignes d'intérêt, mais le deuxième n'existe que parce que le premier est.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chant de l'Eau et de l'Amour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chant de l'Eau et de l'Amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sous la Plume :: ECRITURE :: POEMES :: poèmes de TOG'ATLAN-
Sauter vers: