Sous la Plume

Expériences d'écriture d'émotions et de pensées
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chronique

Aller en bas 
AuteurMessage
Vyvy
plume de Pelicanus
avatar

Féminin Nombre de messages : 835
Date d'inscription : 04/03/2008

MessageSujet: Chronique   Jeu 13 Juin - 1:20

Entendre le chant de l’incertain en se réveillant chaque matin.
Ecouter la pluie pour tenter de l’oublier en percevant la tiédeur du soleil,
Loin, très loin.

Dessiner les contours flous des coquelicots, fragiles et droits dans leur fugitivité.
Sentir leurs pétales frémir en recevant l’ondée qui s’acharne à les arracher.
Le vent se lève pour repousser la pluie.
Le ciel se teinte de rose.

Les nuages deviennent aquarelles pour danser encore un peu.
Les coquelicots frissonnent.
Leurs pétales peuvent se détacher et suivre le vent,
Leur cœur demeure pour la promesse de revivre.
         

Chaque matin est le rappel à ne pas renoncer, à suivre, encore et encore, l’étrange  chemin aux surprenants détours, si étrange qu’il mène dans des endroits inconnus dont on ne soupçonnait pas l’existence.
Existence… Se contenter d’exister, ce n’est déjà pas si mal Mais il faut se précipiter pour perdre du temps, perdre le temps de sa vie. Se précipiter pour créer le vide. Dépendre du temps, avancer au rythme de sonneries bien réglées qui font oublier la douceur des matins. Non, pas le temps… pas le temps… ne jamais s’attarder. Obéir aux contraintes parce qu’il faut bien vivre. Est-ce vivre que de renoncer à ce que l’on est vraiment ? Est-ce vivre quand, pressé, on ne sait plus qui l’on est ? Et puis, se résigner parce que c’est comme ça, parce qu’on ne peut pas faire autrement, parce que l’on n’a pas la vie dont on a rêvé, celle seulement qu’on nous impose.

Etre esclave mais exister quand même… sans se plaindre parce qu’il n’y a pas de quoi selon les bien-pensants réfugiés dans des valeurs soi-disant sociales qui abêtissent les enfants et construisent des adultes inconsistants et serviles à merci.


Se contenter d’exister, après tout, ce n’est déjà pas si mal.
Revenir en haut Aller en bas
 
Chronique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sous la Plume :: ECRITURE :: POEMES :: poèmes de VYVY-
Sauter vers: