Sous la Plume

Expériences d'écriture d'émotions et de pensées
 
PortailPortail  AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Asmodée et l'homme qui voulait être beau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dysj
plume de Roselin
avatar

Masculin Nombre de messages : 195
Age : 50
Localisation : Alfortville
Date d'inscription : 24/10/2012

MessageSujet: Asmodée et l'homme qui voulait être beau   Mar 14 Mai - 22:23



On frappa à la porte. S. pris le temps de refermer délicatement le parchemin du Livre de Job écrit en Araméen qu’il était entrain de déchiffrer. Cette opération minutieuse du prendre un peu de temps, car on frappa de nouveau.

S. se hâta, ouvrit, et se trouva face à un petit bonhomme à la mine joviale et au crane dégarni qui se présenta à lui comme conseiller des "Assurances de la Vie", en tendant sa carte. Alors que S. allait l’éconduire sans ménagement, un hurlement lui traversa l'esprit, l’immobilisant, et alors que le représentant continuait à sourire sans bouger, il l’entendit distinctement lui hurler « Tu m’as appelé de tes vœux, je suis là, qu’on en finisse !!! »

- Youd-Heh-Waw-Heh (*) !!!! Celui dont le nom est imprononçable… soufla S. en s’effaçant pour laisser entrer son hôte.

- Ah non ! Le Vieux est mort depuis un bail maintenant, depuis que les prêtres confondent architecture et spiritualité, et construisent des églises fermées à clé…

Un frisson de terreur parcourut S. ; il appelait Dieu de ses vœux depuis longtemps, mais avait redouté depuis aussi longtemps que seul Satan ne réponde !

- Bon je ne veux pas vous presser, reprit la bête, appelez-moi à votre choix Asmodée, Astaroth ou Belzebuth, mais venons-en à notre arrangement…

Satan, qui pour l’occasion avait revêtu l’habit d’un vendeur d’assurances vie, une forme d’humour et de dérision sans doute, sortit de sa sacoche un parchemin d’un blanc éclatant… Le marché était simple, pendant une journée, sa dernière journée et pour la première fois de sa vie, les femmes regarderaient S..

Depuis des années, seul, S. déambulait comme un invisible, sans jamais qu’une des magnifiques filles qu’il croisait tous les jours ne se retourne, ne serait-ce qu’un instant, sur son passage… Jamais des yeux timides de femme ne s’étaient élevés au-dessus d’un livre pour lui jeter un regard, encore moins un sourire… jamais le rose n’était monté aux joues d’une passagère de son train à sa vue…

Pourtant, sans être beau, il n’avait rien de franchement repoussant, il faisait juste partie de ceux qu’on ne voit pas…

A part cette "invisibilité", la vie l’avait par ailleurs gâté; une santé irréprochable, une belle naissance et un travail de théologien de renommée internationale qui lui avait permis le jour venu de savoir comment appeler Dieu ou le malin de ses vœux… Et nous étions le jour venu…

Une signature de son sang sur ce parchemin, et pour ses dernières 24 heures il serait enfin beau, irrésistible même pour chaque femme dont il croiserait le regard, à la suite de quoi son âme serait à jamais damnée mais il y était prêt.

Le diable étendit son doigt qui se changea en un éclair en une griffe acérée avec laquelle il taillada d’un geste vif le poignet de S. sur un bon centimètre, répandant son sang sur le parchemin. Celui-ci prit immédiatement la forme du texte de leur accord… Le sceau de l’homme était apposé, ainsi en serait-il.

Reprenant sa feinte bonhomie de vendeur d’assurance vie, Asmodée enjoignit S. à profiter au plus vite de son pouvoir de séduction, 24 heures seraient si vite passées..

En regardant l’homme partir, Asmodée émit un rire glacial et lugubre et il rangea le parchemin tout à côté de celui de Bénédicte, cette femme rongée par la peste bubonique et la syphilis rencontrée une heure plus tôt ; cette femme qui voulait que d’autres souffrent comme elle-même, et qui comme S. lui avait vendu son âme.

Et Satan en échange s'était engagé pendant les prochaines 24 heures à rendre toutes les femmes du monde hideuses et repoussantes comme Bénédicte…


Il y a une morale à cette petite fable : méfie-toi toujours des vendeurs d’assurance vie !!!


(*) Youd-Heh-Waw-Heh ou YHWH : nom traduisible par « Dieu est ». Dans la Bible, YHWH est remplacé par « Yahvé »

Revenir en haut Aller en bas
http://rose-et-coquelicot.over-blog.com/
 
Asmodée et l'homme qui voulait être beau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sous la Plume :: ECRITURE :: AUTRES TEXTES (COURTS) :: MINI ESSAIS, TEMOIGNAGES, MERCURIALES-
Sauter vers: